Mzee Christophe Munzihirwa Mwene Ngabo

 

Mzee Christophe Munzihirwa Mwene Ngabo est né dans la paroisse de Burhale à Lukumbo en 1926. Après des études à l'école primaire paroissiale, il fit encore trois années d'Ecole Normale avant d'entrer au Petit Séminaire de Mugeri où il fit les Humanité Gréco-Latines. Il passa ensuite par les Grands Séminaires de Nyakibanda (Rwanda) et de Moba (ex-Baudouinville) et fut ordonné prêtre du diocèse de Bukavu à Walungu, le 17 août 1958. Ayant servi dans le diocèse pendant 5 ans, et devenu curé-doyen de la paroisse Cathédrale de Bukavu, il désira devenir religieux dans la Compagnie de Jésus. Le 7 septembre 1963 il entre au noviciat des jésuites à Djuma dans la Région de Bandundu au moment où sévissait dans cette région la rébellion mulélistes. Les dernières semaines avant sa mort Monseigneur raconta à plusieurs reprises comment il fit alors l'expérience de la force des villageois, lorsque étroitement liés aux chefs traditionnels, ils défendent leur terre et leurs villages.
Il prononça les premiers vœux de religion deux ans plus tard en la fête de la Nativité de la Vierge, le 8 septembre 1965. Ensuite , comme il était entré dans la Compagnie étant prêtre, son parcours de formation fut un peu particulier. De 1965 1966 on le trouve à l'Institut de Philosophie Saint-Pierre Canisius à Kimweza (Kinshasa) pour une année supplémentaire d'étude de la théologie. Sorte de "recyclage" qu'il alla bientôt poursuivre en Belgique au Collège Philosophique et Théologique Saint-Albert le Grand à Louvain.
De 1967 à 1969, il y entreprend aussi des études de sciences sociales et économiques, après être rentré brièvement à Bukavu pour y relancer le Collège Notre-Dame de la Victoire, assez sérieusement endommager par le passage des "Katangais".
Il fut ainsi le premier Jésuite à rentrer à Bukavu après la fameuse affaire Schramme. En 1969 il fut rappelé au Zaïre où il se voit confier la direction spirituelle des jeunes Jésuites en formation à Kimweza. En même temps il devient vicaire à la paroisse universitaire. C'est ainsi qu'il vécut en 1971 la contestation estudiantine qui aboutit à l'enrôlement de force des étudiants dans l'armée. Même si, à cause de son âge, il aurait pu être dispensé, il choisit délibérément de partager cet enrôlement avec les étudiants.
En 1973, le Père Munzihirwa rejoint la communauté de la Maison Saint-Ignace à Kinshasa (Gombe) pour travailler au CEPAS (Centre d'Etude pour l'Action Sociale) et à CADICEC (Centre chrétien pour les Dirigeants et Cadres des Entreprises), tout en gardant la direction spirituelle des jeunes pères scolastiques. L'année suivante (1974), le voilà de retour en Belgique pour y faire une dernière année de probation (Troisième An) à Fayt-lez-Manage. Ce temps de formation terminé, il est nommé vice-supérieur de la maison des étudiants Jésuites à l'Université de Lubumbashi où, pendant un an, il enseigne à l'Institut de Sciences Religieuses. Le 3 décembre de cette même année 1975 il prononce ses derniers vœux dans la Compagnie de Jésus. La charge de Supérieur qu'il continue à assumer ne diminue pas son goût des études et de la recherche. En 1977, il commence même une thèse de doctorat en sociologie à l'Université de Lubumbashi ; thèse qu'il ira bientôt continuer en Belgique.
Mais le 31 juillet 1978, en la fête de Saint Ignace, fondateur de la Compagnie de Jésus, le Père Général nomme le Père Christophe recteur de l'Institut de Philosophie Saint-Pierre Canisius à Kimweza. Charge importante qu'il n'exercera que deux ans car le 1er octobre 1980, il devient Provincial des Jésuites de la Province d'Afrique Centrale (P.A.C). Cette "Province", unité administrative de la Compagnie de Jésus dans le monde, regroupe le Zaïre, le Rwanda et le Burundi. C'est en 1986, le 1er août, juste après son mandat provincial de six ans, que le Père Christophe Munzihirwa est élevé à la dignité épiscopale comme évêque-coadjuteur de Monsieur Pirigisha pour le diocèse de Kasongo (dans le Maniema). Son ordination épiscopale eut lieu à Rome le ;9 novembre 1986. En 1990, il succède à Mgr. Pirigisha.
Le 15 septembre 1993, tout en restant évêque du diocèse de Kasongo, il est nommé Administrateur apostolique de l'archidiocèse de Bukavu. Et le 27 mars 1994, il devient Archevêque de Bukavu, en même temps qu'il continue à gérer les affaires du diocèse de Kasongo comme administrateur apostolique.
En Avril-Mai 1994, Mgr MUNZIHIRWA participe à Rome au Synode spécial pour l'Afrique. a son retour à Bukavu, c'est en tant qu'archevêque de cette ville qu'il vit de près le drame des centaines de milliers de réfugiés déferlant sur le Sud-Kivu à la suite des terribles événements d'avril 1994 au Rwanda.
Pendant deux ans, par de nombreuses prises de position courageuses, il proposera un chemin de paix pour la région des Grands Lacs et attirera d'attention du monde sur les conséquences désastreuses de la présence massive des réfugiés dans son diocèse déjà surpeuplé, proclamant le droit de tous à une solution juste et non-violente. Il a mené ce combat jusqu'au sacrifice de sa vie, le mardi 29 octobre au soir, assassiné sur la route, alors qu'il se rendait chez lui après une journée harassante entièrement consacrée à sauver des vies et à réconforter la population détresse, abandonnée par ceux qui auraient dû assumer leur responsabilité d'administrateurs.

D'après la notice biographique lue par le Père Benjamin FARHI, S.J. (Bruxelles, Collège Saint - Michel, le 15 novembre 1996) publié sur Internet par Radio Maria Malkia wa Amani (Bukavu - octobre 2003)